MEDAM is the sister website of MEDAMP, the observatory of the protection of biodiversity : www.medamp.org
Any quotation or use of elements of this data management system should be mentioned as "MEDAM Université Côte d'Azur CNRS ECOSEAS"

Taux d’artificialisation du littoral (SOURCE)

C’est le pourcentage du littoral devenu artificiel car couvert par un aménagement gagné sur la mer ou une digue de protection des côtes construite au niveau de l’eau.

Si le taux d’artificialisation de l’ensemble des côtes françaises de la Méditerranée est de [FRANCE_Taux_lineaire_artif] % de grandes différences se constatent selon les régions :

- Pour le littoral de Languedoc-Roussillon, il est de [LR_Taux_lineaire_artif] %,
- pour le littoral de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur (sans Monaco et sans l’étang de Berre), il est de [PACA_Taux_lineaire_artif] %,
- pour le littoral de la région Corse, il est de [CORSE_Taux_lineaire_artif] %.

On constate aussi au sein des régions ou départements des différences très marquées :

- pour le littoral du département du Gard, il est de [GARD_Taux_lineaire_artif] %,
- pour le littoral du département des Alpes-Maritimes, il est de [AM_Taux_lineaire_artif] %,
- pour le littoral du département des Bouches-du-Rhône (sans l’étang de Berre), il est de [BDR_Taux_lineaire_artif] %,
- pour le littoral de la Principauté de Monaco, il est de [MONACO_Taux_lineaire_artif] %,
- pour le littoral de l’étang de Berre, il est de [BERRE_Taux_lineaire_artif] %,
- pour le littoral de la Corse du Sud, il est de [CORSESUD_Taux_lineaire_artif] %.

En dehors de l’aspect esthétique, l’artificialisation des côtes représente un impact pour la répartition qualitative et quantitative des espèces qui ne vivent qu’au niveau de la mer. Les écosystèmes situés au niveau de la mer (partie superficielle de l’étage infralittoral et de l’étage médiolittoral) sont constitués d’ensemble d’espèces ayant :

- une grande tolérance pour les variations de température (par période d’anticyclone les espèces sont exondées et supportent ainsi durant l’année les écarts de température terrestres (-5 °C au plus froid de l’hiver à +40 °C au soleil) avec des changements brusques lorsqu’elles sont sous l’eau – où la température varie de 12,5 °C à 27,5 °C)
- une grande tolérance aux variations de salinité (par période d’anticyclone les espèces sont exondées et supportent ainsi des écarts de salinité considérables : de 0 (lorsqu’il pleut) à +50 ‰ lorsque les espèces sont exondées et que l’eau de mer qui les imbibe s’évapore.

Cette ensemble d’espèces très adaptées pour vivre dans cette ceinture étroite du littoral ne se retrouve pas ailleurs (sous l’eau les espèces ne sont pas du tout tolérantes à des écarts de salinité ou de température). Ainsi leur habitat est extrêmement restreint à une frise de 0,5 m à 3 m de largeur qui suit le trait de côte.

Parmi ces espèces se développant sur cet espace exigu, on trouve des grandes algues brunes (Stramenopiles du genre Cystoseira) et des algues rouges calcaires constituant au fil du temps des concrétions (Rhodophytes des genres Lithophyllum et Titanoderma). Les espèces de ces genres qui constituent la principale biomasse au niveau de la mer (et servent ainsi de support ou d’abri pour les autres espèces animales ou végétales adaptées à ce milieu) recolonisent très mal les substrats artificiels (béton, roches...) L’inventaire de la répartition des Cystoseires devant les côtes françaises de la Méditerranée montre que moins de 0,5 % du trait de côte artificiel a été recolonisé par les espèces de ce genre (Thibaut et al., 2008,2009,2010 et 2011).

L’artificialisation du littoral engendre ainsi une baisse locale de la biodiversité (quantitative et qualitative) à très long terme.

trottoir lithophyllum sur roches naturelles

Trottoir de concrétions formées par l’algue rouge (Rhodophyte) Lithophyllum tortuosum sur des roches naturelles. (Photo : A. Meinesz)

 

ceinture cystoseira sur roche naturelle

Ceinture de l’algue brune (Straménopiles) Cystoseira stricta var amentacea sur roche naturelle. (Photo : A. Meinesz)

 

exemple littoral articicialise film cyanobacteries

Exemple de littoral artificialisé avec de visible sur les roches au niveau de la mer qu'un film de Cyanobactéries brunes (Photo : A. Meinesz)

 

PHOTOS

An image data base has been developed in order to present visually the changes in the coastline at the sites of reclamation redevelopment schemes.

 

1627 photographs are available at this site, with ongoing updating of the image bank. The photographs may be recent or more historical (views of the coast prior to reclamation have been sought). Some are photographs taken from the air others at ground level (sea or land).

 

The images made available are of low resolution. The photographers are cited and may in some cases be contacted by e-mail (list of photographers). Any new photos or similar documents are welcome: contact us to upload them ! (aims, procedure, conditions)

 

img1 mini

img2 mini

img3 mini
img4 mini

CARTOGRAPHY

Access the cartographical data base to view the contour lines of all the reclamations and the contours of all the bathymetric and administrative limits.

RECLAMATION SCHEMES

Access data on the characteristics, description, year of redevelopment, illustrations and localisation of each reclamation > 100 m².

HISTORICAL RECORD AND PATTERNS OF PROGRESSION

Access the historical record data base: the construction of each structure or part of a structure has been dated. This data provides the basis for showing on bar charts the progression over time of reclamations and their impact on the basis of administrative units (country, region, county ( département), municipal and rural district (commune) or ECD water mass).

THE RECORD

For all French Mediterranean coasts (excluding Monaco and the Etang de Berre) (see ‘details’ for noteworthy regional or more local particularities).


MEDAM Inventory :

Original coastline : 2 062 km (> see details)

Surface area of shallow water bottoms prior to any reclamation (> see details) :

Between 0 and -10 m : 80 723 ha soit 807 km²

Between -10 m and -20 m : 88 046 ha soit 880 km²

Between 0 and -20 m : 168 769 ha soit 1 688 km²
Between -20 and -50 m : 330 030 ha soit 3 300 km²

 

Number of reclamations (>100 m²) : 1 050 (> see details)

 

Coastline ‘artificialised’ by reclamation : 223.02 km (> see details)

Surface areas reclaimed by these redevelopments (> see details) :

Between 0 et -10 m : 4 226.13 ha

Between -10 m et -20 m : 903.70 ha

Between 0 et -20 m : 5 129.83 ha

 

MEDAM Impacts :

Rate of ‘artificialisation’ of coastline (linear) : 12.27 % (> see details)

Rate of irreversible destruction of shallow water bottoms by reclamation (> see details) :

Between 0 et -10 m : 5.24 % 

Between -10 m et -20 m : 1.03 % 

Between 0 et -20 m : 3.04 %

 

Progression :
A step in the right direction: a clear slowing down of reclamation from 1985  (> see details).

11,11