Medam est une base de données du programme de surveillance de la Directive Cadre Stratégie pour le Milieu Marin (DCSMM) pour la Méditerranée, volet "Habitats benthiques et intégrité des fonds marins".
> Pour en savoir plus

Le site Medam a été intégré dans l'atlas Européen des mers de la commission Européenne.
> Pour en savoir plus

La base de données MEDAM.org est mise à jour régulièrement.
> Pour en savoir plus

MEDAM est le pendant de MEDAMP, l'observatoire sur la protection de la biodiversité : www.medamp.org
Toute citation ou utilisation d'éléments de ce système de gestion de données devra être mentionné ainsi "MEDAM Université Côte d'Azur CNRS ECOSEAS"

Fermes aquacoles en mer ouverte

Elles sont édifiées sur le domaine marin. Elles bouleversent les écosystèmes situés en dessous des cages et , de façon moins prononcée, les alentours (ces impacts sont réversibles suite à leur retrait). Sous les installations, leur ombre portée réduit la photosynthèse des végétaux situées sur le fond. Les déjections des poissons d’élevage et la nourriture non consommée par les poissons couvrent les fonds surtout à l’aplomb des installations. Cette matière organique bouleverse les écosystèmes impactés. Sous l’action des courants ces matières se dispersent autour des installations.

Pour évaluer la surface de leur impact, nous avons défini trois zones :

  • zone située sous les installations sur lesquelles l’impact est majeur,
  • zone tampon de 20 mètres de largeur autour des installations, sur laquelle l’impact est estimé moyen,
  • zone tampon de 30 mètres de largeur autour du périmètre précédent (zone d’impact moyen) sur laquelle l’impact est estimé mineur.

inventaire ferme aquacole 01

Exemple de la ferme aquacole de Lumio, Golfe de Calvi, avec les 3 zones d’impact.

 

RetourRetour

Surfaces et linéaires artificialisés de ces ouvrages par tranche bathymétrique

Pour chaque ouvrage inventorié nous avons mesuré :

RetourRetour

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La surface totale gagnée sur la mer

inventaire surf tot gagnee mer 01 inventaire surf tot gagnee mer 02

Surface totale gagnée sur la mer par un ouvrage : addition de ce qui est devenu terrestre (ici en orange) et du plan d’eau devenu confiné (ici en bleu). Exemples : à gauche : ports de Vallauris-Golfe Juan ; à droite plages alvéolaires de La Rague à Mandelieu -La -Napoule.

RetourRetour

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le linéaire naturel initial devenu artificialisé par les aménagements gagnés sur la mer

C’est le linéaire du trait de côte initial historique (avant la construction de l’ouvrage)

inventaire surf tot gagnee mer 01

Le trait rouge des cartes du volet cartographie indique le linéaire initial (exemple : ports de Vallauris Golfe Juan)

RetourRetour

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le linéaire du contour extérieur des ouvrages

C’est le contour des digues extérieures des ouvrages.

inventaire surf tot gagnee mer 01 inventaire surf tot gagnee mer 02 inventaire surf tot gagnee mer 03

Le trait noir des cartes du volet cartographie indique le linéaire extérieur des ouvrages. Exemples : en haut à gauche : ports de Vallauris-Golfe Juan ; en haut à droite plages alvéolaires de La Rague à Mandelieu-la-Napoule ; en bas : épis de "Le Môle" à Agde.

RetourRetour

 

 

Digues sous-marines

Nous présentons l’inventaire de toutes ces digues (> à 10 m) avec leur linéaires et surfaces. Elles sont construites sur la mer, en parallèle du littoral, mais sont toujours immergées. Nous ne les considérons pas comme étant des surfaces gagnées sur la mer (surfaces devenues « terrestres » ou plans d’eaux confinés des ports ...). Cependant elles bouleversent les écosystèmes de la partie supérieure de l’étage infralittoral (nouveau substrat, sédimentation perturbée…). Ces digues provoquent ainsi une modification écologique.

inventaire digue sous marine 01

inventaire digue sous marine 02

Exemples de digues sous-marines devant les plages de la croisette à Cannes (à gauche) et entre des épis à Roquebrune-Cap-Martin (à droite)

RetourRetour

Digues de protection du littoral (non gagnées sur la mer)

Pour les digues de protection du littoral nous avons distingué d’une part les digues de protection construites au contact du niveau de la mer (impactant les écosystèmes supralittoral, médiolittoral et la frange supérieure de l’infralittoral) et d’autre part les digues construites au-dessus du niveau moyen de la mer (en haut du domaine public maritime).

Elles protègent la côte des tempêtes mais ne modifient pas les écosystèmes marins (impact à terme si l’élévation du niveau de la mer atteint la digue). Avec l’inventaire de ces digues nous donnons leur linéaire.

RetourRetour

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

Digues de protection construites au contact du niveau de la mer.

Nous donnons l’inventaire de toutes ces digues (> à 10 m linéaire) avec leur linéaire. Elles ne sont pas construites sur la mer (sinon nous les considérons comme des terre-pleins) mais sont au contact avec le niveau moyen de la mer. Il n’y a donc pas de surface gagnée sur la mer. En revanche elles bouleversent les écosystèmes supralittoraux, médiolittoraux et ceux de la partie superficielle de l’infralittoral (nouveau substrat, sédimentation perturbée…). Ce sont des amoncellements de blocs rocheux ou en béton, ou des murs en béton édifiés sur le niveau moyen de la mer. Ces digues artificialisent ainsi le trait de côte naturel initial. Nous avons présenté des données qui additionnent le linéaire du littoral artificialisé par ces digues au linéaire rendu artificiel par des ouvrages gagnés sur la mer.

inventaire digue contact niveau mer 01

inventaire digue contact niveau mer 02

Digues de protection construite au contact du niveau de la mer. En bas : sur les cartes du volet cartographie, ces digues sont surlignées d’un trait orange identique à celui du littoral initial artificialisé par les aménagements gagnés sur la mer (exemple route du bord de mer à Antibes).

RetourRetour

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les digues construites au-dessus du niveau moyen de la mer (en haut du domaine public maritime).

Nous présentons l’inventaire de toutes ces digues (> à 10m) avec leur linéaire. Elles ne sont pas construites sur la mer (sinon nous les considérons comme des terre-pleins). Il n’y a donc pas de surface gagnée sur la mer. Elles ne perturbent pas les principaux écosystèmes marins situés au niveau de la mer (étages supralittoral, médiolittoral et infralittoral superficiels). De ce fait, ces digues n’artificialisent pas encore le trait de côte naturel initial. Mais nous pouvons considérer qu’à terme, elles seront au contact avec le niveau moyen de la mer ; le littoral sera alors artificialisé par ces digues. Ce sont des amoncellements de blocs rocheux ou en béton, ou des murs en béton édifiés au-dessus du niveau moyen de la mer.

inventaire digue au dessus niveau mer 01

inventaire digue au dessus niveau mer 02

Digues construites au-dessus du niveau moyen de la mer. En haut : enrochements de protection d’une route en bord de mer (Antibes). En bas : route du bord de mer surélevée, formant une digue (Roquebrune-Cap-Martin).

 

RetourRetour

 

 

Linéaire de côte initial naturel

Le trait de côte initial, c’est-à-dire tel qu’il était avant les constructions, est numérisé à partir de cartes anciennes. Pour les portions de côte où il n’y a pas d’aménagements nous avons utilisé des photographies aériennes récentes. C'est une couche (polyligne) correspondant au linéaire de côte non artificialisé. De son tracé dépend le calcul du linéaire de côte artificiel et celui des surfaces des aménagements et des tranches bathymétriques.
Il est défini à partir des BD ortho de l'IGN ( résolution de 50 cm ) et tracé à l'échelle de 1/10 000e excepté au niveau des aménagements gagnés sur la mer ou l'échelle de référence choisie est 1/1 000e.

inventaire surf tot gagnee mer 01

Exemple de tracé du trait de côte initial au niveau d’un ouvrage gagné sur la mer (ports de Golfe Juan).

RetourRetour
 
 
 
 
 
 

Photos

Afin de visualiser l'évolution du littoral au niveau des zones où des ouvrages ont été gagnés sur la mer, une banque de données iconographiques a été créée.

1627 photographies sont disponibles sur ce site et l'incrémentation de cette banque est continuelle. Les photographies peuvent être récentes ou anciennes (les vues d'un littoral avant son aménagement sont recherchées). Les photographies peuvent être prise en avion ou au niveau du littoral (en mer ou sur terre).

Les images disponibles sont de faible résolution. Les auteurs sont cités et peuvent éventuellement être contactés par mail (liste des auteurs). Des documents nouveaux sont bienvenus : contactez nous pour les mettre en ligne ! (objectifs, procédure, conditions)

img1 mini
img2 mini
img3 mini
img4 mini

Cartographie

Accès cartographique de la base de données permettant de visualiser les contours de l’ensemble des ouvrages gagnés sur la mer et tous les tracés des limites bathymétriques et administratives.

Aménagements

Accès aux caractéristiques, descriptif, année de construction, illustrations et localisation de chaque aménagement gagné sur la mer > à 100 m².

évolution

Accès à la base de données historique : la construction de chaque ouvrage ou partie d’ouvrage a été datée. Elle permet de visualiser sur 487 histogrammes proposés l'évolution dans le temps des constructions sur la mer et ses impacts par découpage administratif (pays, région, département ou masse d’eau DCE).

Nous proposons aussi de visualiser l’évolution des indicateurs par pas de temps.

Le bilan

Pour l’ensemble des côtes françaises de la Méditerranée (hors Monaco et étang de Berre) (voir les « détail » pour des particularités remarquables régionales ou plus locales).

MEDAM Inventaire :

Linéaire du littoral initial : 2 062 km (> voir détail)

Surface des petits fonds avant tout aménagement sur la mer (> voir détail) :

Entre 0 et -10 m : 80 723 ha soit 807 km²
Entre -10 m et -20 m : 88 046 ha soit 880 km²
Entre 0 et -20 m : 168 769 ha soit 1 688 km²
Entre -20 et -50 m : 330 030 ha soit 3 300 km²

Nombre d'aménagements (>100 m²) gagnés sur la mer : 1 050 (> voir détail)

Linéaire artificialisé par ces aménagements : 223,02 km (> voir détail)

Surface gagnée sur la mer par ces aménagements (> voir détail) :

Entre 0 et -10 m : 4 226,13 ha
Entre -10 m et -20 m : 903,70 ha
Entre 0 et -20 m : 5 129,83 ha

MEDAM Impacts :

Taux d’artificialisation du trait de côte : 12,27 % (> voir détail)

Taux de destruction irréversible des petits fonds par les aménagements gagnés sur la mer (> voir détail) :

Entre 0 et -10 m : 5,24 %
Entre -10 m et -20 m : 1,03 %
Entre 0 et -20 m : 3,04 %

Evolution :

Fait marquant, ralentissement très net des aménagements construits sur la mer à partir de 1985  (> voir détail).