MEDAM est le pendant de MEDAMP, l’observatoire sur la protection de la biodiversité : www.medamp.org

Surface des petits fonds avant tout aménagement construit sur la mer

Le calcul des surfaces des petits fonds a été réalisé en considérant des périmètres délimités :
 - à terre, pour le niveau de la mer (0 m), par le trait de côte naturel (voir les particularités dans linéaire du littoral initial)
 - en mer,
     + pour les isobathes -10 m et -20 m , les cartes marines du Service Hydrographique et Océanographique de la Mer (SHOM) ont été numérisées,
     + pour les délimitation des pays (France-Italie, France-Monaco et France-Espagne) ainsi que pour les masses d’eau DCE, les limites officielles ont été prises en compte. Par contre pour les délimitations entre la région Provence Alpes Côte d’Azur et celle du Languedoc Roussillon, et de tous les départements et communes nous avons tracé des délimitations artificielles car ces découpages administratifs n’ont aucune prolongation en mer officielle (en mer c’est le domaine public maritime de l’Etat). Le tracé choisi commence par les limites administratives à terre et se prolonge en mer perpendiculairement au littoral.

Les cartes considérées sont à des échelles différentes : nous avons chaque fois utilisé les cartes les plus précises (la plus grande échelle disponible). Contrairement aux mesures de linéaire les mesures de surface sont moins exposées à des variations importantes selon l’échelle et la géographie du trait de côte. Les mesures sont quelque peu plus précises sur les cartes à la plus grande échelle pour les traits de côte irréguliers.

Plusieurs cas particuliers, liés notamment à des ouvrages en partie creusés sur terre, à la superposition d’ouvrages et à des limites de communes à cheval sur un ouvrage sont évoqués pour chaque aménagement concerné dans le descriptif des aménagements (dans la rubrique « commentaires » de chaque fiche descriptive).

La surface totale de la zone la plus riche en biodiversité marine de la Méditerranée (entre 0 et -20 m) s’étend pour :
 - toutes les côtes françaises de la Méditerranée (sans Monaco et sans Berre) sur 1688 km² (807,23 km² entre 0 et -10 m et 880,46 km² entre -10 m et -20 m),
 - les côtes monégasques sur 0,9 km² ( 0,57 km² entre 0 et -10 m et 0,35 km² entre -10 m et -20 m),
 - l’étang de Berre sur 163 km² (162,07 km² entre 0 et -10 m et 0,85 km² entre -10 m et -20 m)
 - l’ensemble des côtes inclues dans MEDAM sur 1851 km² ( 969,87 km² entre 0 et -10 m et 881,65 km² entre -10 et -20 m).

Les mesures ont été réalisées sur les cartes du SHOM numérisées à l’aide d’un scanner puis géoréférencé sous Arcgis 10.

La surface globale des petits fonds les plus riches en biodiversité (0 à -20 m) s’étend devant :
 - les côtes continentales françaises (sans Monaco, sans Berre) sur 1188 km² ( 554,18 km² entre 0 et -10 m et 634,04 km² entre -10 et -20 m),
 - les côtes de la Corse sur 499 km² (253,06 km² entre 0 et -10 m et 246,47 km² entre -10 m et -20 m),
 - les côtes de Provence-Alpes-Côte d’Azur (sans Monaco, sans Berre) sur 669 km² (308,88 km² entre 0 et -10 m et 359,45 km² entre -10 m et -20 m),
 - les côtes du Languedoc-Roussillon sur 520 km² (245,30 km² entre 0 et -10 m et 274,54 km² entre -10 m et -20 m).

Toutes ces données montrent que la zone la plus riche en biodiversité de la Méditerranée représente une ceinture très étroite devant le littoral des côtes françaises de la Méditerranée. C’est dans cet oasis marin linéaire que la lumière permet le développement de la très grande majorité des végétaux sous-marins (quantitativement et en nombre d’espèce). C’est sur cet oasis que les aménagements gagnés sur la mer ont été construits.

Les données présentées dans MEDAM permettent de préciser les grandes différences constatées selon le type de littoral : les surfaces des petits fonds sont nettement plus étendues devant les côtes alluvionnaires (sable) que devant les côtes rocheuses. Ainsi, devant le littoral de Provence-Alpes-Côte d’Azur, il y a plus de petits fonds devant les 108 km de côtes du delta du Rhône (de Martigues aux Saintes-Maries-de-la-Mer) soit 349,66 km² que devant les 745 km de côtes essentiellement rocheuses de Menton à Martigues (318,68 km²). De même, devant les côtes essentiellement sableuses du Languedoc-Roussillon, il y a plus de petits fonds (520 km² pour 226 km de côtes) qu’autour de toute la Corse (499 km² pour 977 km de côtes).

Le détail des surfaces par département, par commune ou par masse d’eau DCE est disponible dans les données chiffrées.

RetourRetour

Photos

Afin de visualiser l'évolution du littoral au niveau des zones où des ouvrages ont été gagnés sur la mer, une banque de données iconographiques a été créée.

1527 photographies sont disponibles sur ce site et l'incrémentation de cette banque est continuelle. Les photographies peuvent être récentes ou anciennes (les vues d'un littoral avant son aménagement sont recherchées). Les photographies peuvent être prise en avion ou au niveau du littoral (en mer ou sur terre).

Les images disponibles sont de faible résolution. Les auteurs sont cités et peuvent éventuellement être contactés par mail (liste des auteurs). Des documents nouveaux sont bienvenus : contactez nous pour les mettre en ligne ! (objectifs, procédure, conditions)

img1 mini
img2 mini
img3 mini
img4 mini

Cartographie

Accès cartographique de la base de données permettant de visualiser les contours de l’ensemble des ouvrages gagnés sur la mer et tous les tracés des limites bathymétriques et administratives.

Aménagements

Accès aux caractéristiques, descriptif, année de construction, illustrations et localisation de chaque aménagement gagné sur la mer > à 100 m².

évolution

Accès à la base de données historique : la construction de chaque ouvrage ou partie d’ouvrage a été datée. Elle permet de visualiser sur 487 histogrammes proposés l'évolution dans le temps des constructions sur la mer et ses impacts par découpage administratif (pays, région, département ou masse d’eau DCE).

Le bilan

Pour l’ensemble des côtes françaises de la Méditerranée (hors Monaco et étang de Berre) (voir les « détail » pour des particularités remarquables régionales ou plus locales).

MEDAM Inventaire :

Linéaire du littoral initial : 2 062 km (> voir détail)

Surface des petits fonds avant tout aménagement sur la mer (> voir détail) :

Entre 0 et -10 m : 80 723 ha soit 807 km²
Entre -10 m et -20 m : 88 046 ha soit 880 km²
Entre 0 et -20 m : 168 769 ha soit 1 688 km²
Entre -20 et -50 m : 330 030 ha soit 3 300 km²

Nombre d'aménagements (>100 m²) gagnés sur la mer : 1 042 (> voir détail)

Linéaire artificialisé par ces aménagements : 218,96 km (> voir détail)

Surface gagnée sur la mer par ces aménagements (> voir détail) :

Entre 0 et -10 m : 4 650,63 ha
Entre -10 m et -20 m : 584,14 ha
Entre 0 et -20 m : 5 234,77 ha

MEDAM Impacts :

Taux d'artificialisation du littoral (linéaire) : 10,15 % (> voir détail)

Taux de destruction irréversible des petits fonds par les aménagements gagnés sur la mer (> voir détail) :

Entre 0 et -10 m : 4,80 %
Entre -10 m et -20 m : 0,66 %
Entre 0 et -20 m : 2,83 %

Evolution :

Fait marquant, ralentissement très net des aménagements construits sur la mer à partir de 1985  (> voir détail).